Translate

16 mars 2018

Le cerveau anticipe les risques


Nous sommes programmés pour repérer les événements pouvant nous être nuisibles. Notre cerveau est particulièrement fin dans l'analyse des interactions. Notre apprentissage des relations humaines depuis notre petite enfance, nous permet de reconnaître les situations à risque parfois avant même qu'elles se produisent. Nous sommes capables d'anticiper et de reconnaître une situation dangereuse avant qu'elle ne dérape. Alors, nous évitons de nous engager vers une voie pouvant déboucher sur des conséquences négatives.

Les événements négatifs nous affectent beaucoup, mais ils ne nous affectent pas autant et aussi longtemps que nous le pensions. Notre système de défense a plus de difficultés à nous protéger de petites menaces que de menaces plus importantes. Ainsi, il est parfois plus difficile de se remettre de petites émotions négatives que de faire face à des expériences très mauvaises.

Quand nous estimons que nous aurions pu éviter quelque chose de malheureux, nous ressentons du regret. Un changement de notre comportement aurait pu éviter ce qui est perçu ensuite comme une catastrophe. Qui n'a jamais ressenti de regrets parce qu'il n'a pas fait quelque chose ? Il semblerait que nous ressentions plus de regrets en n’ayant pas fait quelque chose, que de remords par rapport à des choses que nous avons faites. 

L'anticipation des événements peu agréables permet de diminuer leur impact.

Nous nous protégeons, parfois à outrance. Nous souscrivons des contrats d'assurance inutiles ; nous prenons des options Premium ou des garanties supplémentaires au cas où il y aurait un problème ; nous emballons parfois exagérément un colis avant de l'envoyer... Nous détestons perdre le contrôle des évènements. Nous nous sentons mieux quand nous pouvons changer le cours des choses. Les privations de liberté nous dérangent et nous font peur. Ne pas pouvoir échapper à certains évènements ou ne pouvoir changer d'avis peut être ressenti comme insupportable. 

Une petite contrariété peut submerger notre système de défense d'émotions négatives.

Dans un cas comme dans l'autre, qu'il s'agisse d'émotions négatives ou positives, notre système de perception est biaisé. Une fois de plus, nous sommes incapables de voir la réalité telle qu'elle est vraiment. 

En réaction, nous donnons des explications aux événements. Nous nous auto justifions par rapport à des actions ou des réactions. Nous essayons de trouver un sens à nos actes et à ce que nous percevons. Ce faisant, cela constitue une nouvelle source d'erreur pouvant amplifier l'impact émotionnel !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LES AVEZ-VOUS VU ?