Offrez à votre public une CONFÉRENCE disruptive: 'DÉCODER LES COMPORTEMENTS ET DÉTECTER LES MENSONGES'
Utilisez les techniques du FBI pour développer votre activité

Translate

04 mars 2017

Notre cerveau est social: les neurones miroirs

Darwin avait déjà remarqué qu'à la perception d'un signal pouvant présenter une menace, l'animal ressent une émotion le poussant à fuir. Ses congénères imitent la réaction et fuient à leur tour. L'émotion ressentie par l'un est visible, et partagée par les autres. 

L’imagerie cérébrale met en lumière l'activité du cerveau lors de nos interactions. Certaines zones s'activent lorsque nous communiquons avec les autres ou lorsque nous percevons des émotions chez les autres. 

Le cortex prémoteur s'active quand nous entendons quelqu'un raconter une histoire triste, notamment sur un ton douloureux. L'amygdale et les circuits impliqués dans la tristesse s’activent. Nous sommes prêts à réagir et cela se voit dans notre comportement. Un cri angoissant (perception du monde réel) produira aussi une réaction. Nous ressentons de l'angoisse en imaginant une situation. Celle-ci était pourtant le fruit de notre imagination. 

Nous pouvons parler de contagion émotionnelle automatique. Quand nous remarquons de la tristesse chez une personne, ou la voyons vivre une situation difficile, nous avons tendance à ressentir cette tristesse. Notre cerveau s'est développé en partie grâce aux interactions sociales. Le cerveau social combine les mécanismes orchestrant nos interactions, nos pensées et nos sentiments à propos des personnes et des relations.

Des chercheurs suédois ont montré que lorsque l'on voit une image de visages heureux et souriants, nous avons tendance à reproduire les mêmes expressions que celles présentées sur la photo. Cela est aussi valable avec les autres émotions fortes comme la tristesse ou le dégoût. Nous imitons ce que nous voyons de façon inconsciente. [Daniel Goleman]

Ces réactions préparent le cerveau à des actions appropriées.

LES NEURONES MIROIRS

Découverts par hasard dans le milieu des années quatre-vingt-dix par l'équipe de Giacomo Rizzolatti, neurobiologiste à l'université de Parme, les neurones miroirs nous permettent de mieux comprendre les comportements. 
Ces chercheurs ont découvert que lorsqu'un singe observait un autre singe en train de prendre une noix, les mêmes cellules nerveuses étaient activées chez l'un comme chez l'autre. Avant cette observation, les scientifiques pensaient que ces cellules nerveuses étaient uniquement activées chez celui qui saisit la noix.

La découverte est de taille. Elle a pu être reproduite de multiples fois chez l’homme.

De nombreuses recherches ont été menées ces dernières années. Elles ont montré que les neurones miroirs ne sont pas localisés à un endroit précis du cerveau, mais ils seraient présents un peu partout. Ils agiraient ainsi à différents niveaux de notre système cérébral. 

Ce système nerveux neurobiologique nous permet...

Lire la suite de ce chapitre dans "Tous irrationnels - Votre cerveau vous joue des tours"



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

Offrez une conférence inspirante à votre public

LES AVEZ-VOUS VU ?

IDENTIFIER LES MICRO-EXPRESSIONS EN TEMPS RÉEL