Contactez-moi pour animer vos conférences et formations. Formulaire de contact

Translate

13 juin 2018

5 raisons pour lesquelles vous n’avez pas eu le job


"Merci d’être venu, on vous recontactera". Je ne compte plus le nombre de fois que j’ai entendu des candidats dire qu’ils ne comprennent pas pourquoi leur profil n’a pas séduit le recruteur. Quel que soit l’âge, la profession, la spécialité, homme, femme, ultra-qualité ou non, il n’a y pas vraiment de règle dans le recrutement, ou plutôt devrais-je dire, dans la séduction. Oui, vous avez bien lu. J’ai employé volontairement ce terme pour mettre en avant qu’il s’agit avant tout de relations humaines, les uns et les autres fonctionnant en partie au feeling, ce qui va de pair avec le sentiment de confiance qu’un recruteur peut ressentir à votre égard.
Cependant, cinq éléments entrent de plus en plus souvent en compte dans le processus de recrutement. J’en avais entendu parler par des clients canadiens il y a quelques années, il semblerait que la tendance en France aille dans la même direction.

1. "Avez-vous déjà fait un burn-out ?"

La question pourrait vous sembler surprenante ou brutale, mais il faut y faire face et répondre au mieux. La plupart des candidats ont tendance à répondre par la négative, même s’ils ont déjà craqué au point d’enchaîner plusieurs semaines d’absence dans leur emploi précédent. Il semblerait que de plus en plus de recruteurs seraient satisfaits d’entendre "oui ". La raison étant qu’une personne qui a déjà connu une situation de burn-out serait plus à même d’identifier les signes avant-coureurs, et donc mieux capables de lever le pied avant un claquage.

2. "Etes-vous résistant à la fatigue ou au stress ?"

La plupart des candidats répondre un « oui » franc, voulant se montrer courageux… après tout il faut faire une bonne impression.
Mauvaise réponse : les bienfaits de la sieste sont mis en avant par un nombre croissant d’études. La sieste arrive en force dans les start-up américaines et de plus en plus d’entreprises françaises s’en inspirent. Une personne fatiguée commet plus d’erreurs et est moins résistante sur le long terme. Au final, elle coûte plus cher pour l’entreprise. Il peut être pertinent de dire que vous connaissez l’importance de faire des pauses et vous aimer faire une sieste de quelques minutes en milieu de journée.

3. "Savez-vous travailler en multitâche ?"

"Oh oui, bien sûr !". Encore une mauvaise réponse. Dans certaines entreprises, le culte du multitâche et vénéré au point où il serait impensable d’être monotâche. Or, là aussi les études sur le sujet s’empilent. Le multitâche demande plus de ressources au cerveau, provocant une augmentation rapide de la fatigue, un niveau d’attention moins élevé, plus d’erreurs, et au final une bien moins bonne rentabilité.

4. "Quels sont vos loisirs ?"

Cette question pouvant paraître sans importance à la fin de l’entretien cache en fait une volonté d’en savoir plus sur votre vie sociale et familiale. Le recruteur veut savoir si vous êtes un bourreau de travail, toujours au taquet et incapable de décrocher ; ou si au contraire, vous savez vous entourer d’autres personnes qui contribueront à vous détendre. Il ne s’agit pas seulement de dire que vous aimer pêcher ou faire du shopping, mais plutôt de parler de votre entourage, amis, famille, enfants. Bref, montrer que vous avez une vie sociale. Attention à ne pas tomber dans les travers. Inutile de parler de votre dernière beuverie...

5. "Faites-vous du sport ?"

Tout le monde n’a malheureusement pas la chance d’avoir un physique d’Apollon ou l’apparence qu’il souhaiterait avoir. Cette question dissimule un critère subjectif loin d’être négligeable et qui peut faire la différence entre deux candidats : le surpoids.
Être en surpoids signifie plus de risque de développer des maladies (dont certaines graves), donc plus de risques d’absence (de courtes ou de longues durées), ce qui pourrait impacter le travail des autres et par conséquent l’activité et les résultats de l’entreprise.
Bien que les critères physiques ne peuvent pas être pris en compte dans les recrutements, ils sont néanmoins inévitables. Le recruteur est un humain, il ne peut être totalement objectif.
Le sport est bon pour la santé pour de multiples raisons.
Répondez « oui », et argumentez intelligemment pour montrer que vous faites vraiment du sport. Si ce n’est pas le cas, dites que vous venez d’acheter un vélo d’appartement et que vous avez l’intention de retrouver votre forme, cela pourrait faire un bel effet.

Et si vous êtes tout de même recalé, restez zen ! On ne peut pas plaire à tout le monde…

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

06 juin 2018

Pourquoi sommes-nous plus attirés par les chatons que par les chiots?



Les chats sont partout sur internet, notamment les chatons. Mais pourquoi sommes nous plus attirés par ces petites boules de poils que par les chiots, qui sont tout aussi mignons ? Voici l'explication.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

05 juin 2018

Réduire l'énervement dans une salle d'attente en quelques secondes


Une attente interminable peut se révéler être un cauchemar pour beaucoup de gens. Des chercheurs expérimentent une technique simple pour détendre l'atmosphère...



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

JEU: Testez vos capacités de mensonge


Etes-vous un bon menteur ? Vous allez voir ce qui se passe quand on fait deux choses à la fois. Produire un mensonge demande au cerveau de travailler intensément. On ne peut pas être au bon que quand on dit la vérité... 



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

04 juin 2018

Mais pourquoi les belges Tshiiitent ?


Habitant à Lille, j’ai souvent la chance d’aller en Belgique pour faire du shopping. La frontière belge ne se situe qu’à une quinzaine de kilomètres de chez moi. Les deux villes les plus proches sont Mouscron et Tournai. 

Il y a déjà plusieurs années que j’ai remarqué une habitude, assez étrange, que ne n’ai vu qu’en Belgique. Imaginez-vous dans une boulangerie. Vous avez une folle envie d'acheter un succulente gaufre de Liège chaude. D'un coup, vous entendez derrière vous une sorte de "Tshiii", parfois suivi d’un soupir "Tshiii… HAAA !". Au début, cela surprend, mais au regard de la personne qui se trouve dernière vous, vous comprenez qu’elle veut simplement passer. Au lieu d’un simple "Excusez-moi", "Pardon" ou "Désolé", poli et explicite, mais presque agréable s'il est accompagné d'un sourire, cette personne vous adresse un regard un peu sombre en remuant des sourcils. J’en ai même vu qui soupirent une fois de plus alors alors qu'elles sont en train de passer devant vous ! Impolitesse ou simple habitude de communication ? Je penche plutôt cette dernière, même si c’est loin de respecter les codes du savoir vivre en communauté. 

Une partie des Belges ont adopté cette étrange attitude qui consiste à poser la langue sur l’intérieur des dents et à aspirer un coup, produisant ainsi ce son  sec caractéristique, le tout accompagné d’un soupire censé renforcer l’agacement. C’est plutôt étrange quand on découvre ce signal non verbal inconnu. Après l’avoir subi une dizaine de fois, on s’y fait. Quand on l’entend, on sait qu’on est en Belgique ! Et c’est loin d’être un cas isolé. J’ai pu l’observer des dizaines, voir des centaines de fois, du nord au sud du pays, de la mer du nord aux Ardennes belges, jusqu’à la frontière Allemande ou Hollandaise. Les Belges « Tshiiisent », quel que soit leur âge. Hier, je me suis encore fait tshiiité par un gamin dans une grande jardinerie de Mouscron. Même si c’est une habitude de communication, un héritage culturel intergénérationnel, ou je ne sais pas quoi, c'est tout de même à limite de la politesse. Bref, on retient que les Belges, jeunes et moins jeunes Tshiiitent. C’est toujours bon à savoir si vous allez en Belgique.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

La Dyslexie


Si vous êtes dyslexique, ceci pourrait vous intéresser.





Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

28 mai 2018

Et vous, êtes vous capable de mentir à un détecteur de mensonges ?

Est-il possible de tricher à un détecter de mensonges ? La question qui fait rêver beaucoup de menteurs.



Le mythe du détecteur de mensonges à encore de beaux jours devant lui. La plupart des gens accordent une confiance aveugle en cet appareil tout droit sorti de la guerre froide. Même si un détecteur de mensonges ne permet par véritablement de détecter les mensonges, mais plutôt les variations émotionnelles en temps réel, il reste toujours utilisé par la police américaine et canadienne, heureusement avec plus de modération que par le passé. 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

LES AVEZ-VOUS VU ?