Contactez-moi pour animer vos conférences et formations. Formulaire de contact

Translate

16 juillet 2018

Pourquoi Emmanuel Macron a t'il montré autant d'agressivité?


Emmanuel Macron n'a pas caché ses émotions lors de la finale de la coupe du monde de football 2018. Cette attitude de combat et d'agressivité est fréquemment vue chez les athlètes qui viennent de remporter une victoire. C'est l'attitude du dominant fier de sa victoire et prêt à monter aux autres qu'il est le plus fort. Ce comportement peut être vu dans les rencontres sportives, mais aussi dans le milieu professionnel (exemple après une négociation difficile, loin des regards de l'autre partie), et plus généralement dans le monde animal où le dominant n'hésite pas à montrer ses dents et à sortir ses muscles pour faire savoir aux autres qu'il est le plus fort.


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

11 juillet 2018

Pourquoi les joueurs de foot font ce geste


Ce geste fréquent au foot apparaît souvent quand un joueur qui avait l'opportunité de marquer un but à raté son coup. Aussi valable pour un gardien de but qui a laissé passer une balle.
Il signifie "j'ai raté, désolé, ne m'excluez pas du groupe, ne me tuez pas". Il s'agit d'un à autocontact ayant pour objectif de se rassurer. La personne apprécierait un contact amical d'un partenaire, tel qu'être serré dans les bras de quelqu'un, mais il est seul à ce moment là.
Les quatre joueurs de la photos reprennent même le geste en groupe, par imitation, synchronisation



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

05 juillet 2018

Le management de supervision


À peine arrivé dans l'entreprise, j'ai été accueilli par un petit homme à la présentation parfaite. Le costume ajusté, la cravate bien droite et les chaussures impeccablement cirées. Il vient vers moi d'un pas décidé, la démarche parfaitement rectiligne. J'ai impression qu'il marche sur une ligne invisible collée au sol, comme si un agent de police lui avait demandé d'effectuer un test de sobriété. Étant habitué à observer le comportement de mes interlocuteurs, j'ai remarqué tout de suite qu'il prenait une attention très particulière à soigner sa poignée de main et sa présentation. Cela rendait sa posture assez peu naturelle, un peu trop mécanique pour être spontané. Il arborait une petite moustache très soignée aux deux côtés légèrement relevés, un peu dans le style des bourgeois aux chapeaux haut-de-forme du XIXe siècle. J'ai été attiré par sa coiffure avant de remarquer sa moustache. Il portait une moumoute blonde à la Donald Trump exactement la même couleur que la moustache. La brillance synthétique, mise en évidence par un éclairage au néon agressif, renforçait encore plus la raie centrale qu'il avait pris le soin d'ajuster au poil près.
Nous l'appellerons Sylvain, car il me rappelle une autre personne qui avait le même profil que lui.

Ce chef de service supervise une équipe de téléprospecteurs. Sa mission consiste à gérer sept vendeurs de consommables aux professionnels. En tant que manager, il a la responsabilité du chiffre d'affaires et d'une partie du développement commercial. En réalité, il passe énormément de temps à faire ce qu'il appelle du management de supervision. Je ne connaissais pas le terme ni le concept, mais j'ai tout de suite compris qu'il passait jusqu'à 80 % de son temps (quatre jours sur cinq) à s'autogérer. Sylvain souffre de quelques troubles obsessionnels compulsifs (TOC), mais il est surtout très soucieux de l'image que les autres auront de lui. Cela le conduit à passer un temps considérable à soigner son apparence, à ranger son bureau, à améliorer encore et encore la présentation de ses documents et l'animation des réunions. C'est d'ailleurs dans ce cadre-là que je l'ai rencontré. Nous avons travaillé sur ses prochaines présentations et plus précisément sur des prises de parole au public. Sylvain est maniaque au point de se rendre malheureux. Ses tocs le poussent à réaliser des séries d'actions inutiles pour tout le monde, sauf pour lui qui les considère comme essentielles. Par exemple, il avait calculé l'apparition de chaque mot à chaque instant, les fluctuations vocales à amener au bon moment, tous ses déplacements dans la pièce et le moindre de ses gestes. Certains diront qu'il vise la perfection et qu'il ne veut pas laisser la moindre place à l'incertitude. Mais en ne laissant pas de place à une part d'improvisation, il élimine la spontanéité et le naturel tout en renforçant le stress. Steve jobs, le fondateur d'Apple, répétait ses présentations vingt ou vingt-cinq avant les keynotes qu'il animait avec brio. Mais dans le cas de Sylvain, il ne s'agit pas de présenter un produit stratégique devant une foule immense rassemblant les médias du monde entier. Non, il répète inlassablement chaque présentation et réunion qu'il aura avec ses collaborateurs : l'équipe de téléprospecteurs. Est-ce bien utile ?

Son bureau reflète aussi sa personnalité et son besoin de perfection. Tout est parfaitement rangé, y compris le câble du clavier et celui de la souris qui doivent rester parallèles, son stylo noir placé parallèlement au clavier et à 3 centimètres de l'écran, et même le cordon du combiné du téléphone a été parfaitement réajusté une fois qu'il a raccroché. Quand nous sommes rentrés d'une pause, il lui a fallu presque cinq minutes pour accrocher son manteau, son écharpe et s'asseoir derrière son bureau. Il reconnaît perdre beaucoup de temps à gérer toutes ces petites choses qui lui rendre la vie difficile. Heureusement, les téléprospecteurs sont autonomes. Ils connaissent leur métier et leurs produits. Sylvain peut leur faire confiance, ce qui lui laisse du temps pour tailler ses crayons…

Les relations humaines sont parfois compliquées et les comportements des uns et des autres peuvent nous énerver. C'est important de connaître ses collègues et leurs défauts. Cela permet d'anticiper leur réaction et d'éviter les conflits, même si parfois certains de leurs comportements nous semblent irrationnels…
Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

03 juillet 2018

Les erreurs permettent de progresser






Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

13 juin 2018

5 raisons pour lesquelles vous n’avez pas eu le job


"Merci d’être venu, on vous recontactera". Je ne compte plus le nombre de fois que j’ai entendu des candidats dire qu’ils ne comprennent pas pourquoi leur profil n’a pas séduit le recruteur. Quel que soit l’âge, la profession, la spécialité, homme, femme, ultra-qualité ou non, il n’a y pas vraiment de règle dans le recrutement, ou plutôt devrais-je dire, dans la séduction. Oui, vous avez bien lu. J’ai employé volontairement ce terme pour mettre en avant qu’il s’agit avant tout de relations humaines, les uns et les autres fonctionnant en partie au feeling, ce qui va de pair avec le sentiment de confiance qu’un recruteur peut ressentir à votre égard.
Cependant, cinq éléments entrent de plus en plus souvent en compte dans le processus de recrutement. J’en avais entendu parler par des clients canadiens il y a quelques années, il semblerait que la tendance en France aille dans la même direction.

1. "Avez-vous déjà fait un burn-out ?"

La question pourrait vous sembler surprenante ou brutale, mais il faut y faire face et répondre au mieux. La plupart des candidats ont tendance à répondre par la négative, même s’ils ont déjà craqué au point d’enchaîner plusieurs semaines d’absence dans leur emploi précédent. Il semblerait que de plus en plus de recruteurs seraient satisfaits d’entendre "oui ". La raison étant qu’une personne qui a déjà connu une situation de burn-out serait plus à même d’identifier les signes avant-coureurs, et donc mieux capables de lever le pied avant un claquage.

2. "Etes-vous résistant à la fatigue ou au stress ?"

La plupart des candidats répondre un « oui » franc, voulant se montrer courageux… après tout il faut faire une bonne impression.
Mauvaise réponse : les bienfaits de la sieste sont mis en avant par un nombre croissant d’études. La sieste arrive en force dans les start-up américaines et de plus en plus d’entreprises françaises s’en inspirent. Une personne fatiguée commet plus d’erreurs et est moins résistante sur le long terme. Au final, elle coûte plus cher pour l’entreprise. Il peut être pertinent de dire que vous connaissez l’importance de faire des pauses et vous aimer faire une sieste de quelques minutes en milieu de journée.

3. "Savez-vous travailler en multitâche ?"

"Oh oui, bien sûr !". Encore une mauvaise réponse. Dans certaines entreprises, le culte du multitâche et vénéré au point où il serait impensable d’être monotâche. Or, là aussi les études sur le sujet s’empilent. Le multitâche demande plus de ressources au cerveau, provocant une augmentation rapide de la fatigue, un niveau d’attention moins élevé, plus d’erreurs, et au final une bien moins bonne rentabilité.

4. "Quels sont vos loisirs ?"

Cette question pouvant paraître sans importance à la fin de l’entretien cache en fait une volonté d’en savoir plus sur votre vie sociale et familiale. Le recruteur veut savoir si vous êtes un bourreau de travail, toujours au taquet et incapable de décrocher ; ou si au contraire, vous savez vous entourer d’autres personnes qui contribueront à vous détendre. Il ne s’agit pas seulement de dire que vous aimer pêcher ou faire du shopping, mais plutôt de parler de votre entourage, amis, famille, enfants. Bref, montrer que vous avez une vie sociale. Attention à ne pas tomber dans les travers. Inutile de parler de votre dernière beuverie...

5. "Faites-vous du sport ?"

Tout le monde n’a malheureusement pas la chance d’avoir un physique d’Apollon ou l’apparence qu’il souhaiterait avoir. Cette question dissimule un critère subjectif loin d’être négligeable et qui peut faire la différence entre deux candidats : le surpoids.
Être en surpoids signifie plus de risque de développer des maladies (dont certaines graves), donc plus de risques d’absence (de courtes ou de longues durées), ce qui pourrait impacter le travail des autres et par conséquent l’activité et les résultats de l’entreprise.
Bien que les critères physiques ne peuvent pas être pris en compte dans les recrutements, ils sont néanmoins inévitables. Le recruteur est un humain, il ne peut être totalement objectif.
Le sport est bon pour la santé pour de multiples raisons.
Répondez « oui », et argumentez intelligemment pour montrer que vous faites vraiment du sport. Si ce n’est pas le cas, dites que vous venez d’acheter un vélo d’appartement et que vous avez l’intention de retrouver votre forme, cela pourrait faire un bel effet.

Et si vous êtes tout de même recalé, restez zen ! On ne peut pas plaire à tout le monde…

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

06 juin 2018

Pourquoi sommes-nous plus attirés par les chatons que par les chiots?



Les chats sont partout sur internet, notamment les chatons. Mais pourquoi sommes nous plus attirés par ces petites boules de poils que par les chiots, qui sont tout aussi mignons ? Voici l'explication.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

05 juin 2018

Réduire l'énervement dans une salle d'attente en quelques secondes


Une attente interminable peut se révéler être un cauchemar pour beaucoup de gens. Des chercheurs expérimentent une technique simple pour détendre l'atmosphère...



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

LES AVEZ-VOUS VU ?