Désormais, la plupart des formations sont réalisées à distance.


✅Personnalisé ✅Efficace
✅Suivi dans la durée ✅Économique
✅Pratique ✅Sans vous déplacer



Translate

10 septembre 2017

Connaissez-vous le bore-out (l'ennui au travail) ?


Il y a quelques années, je travaillais dans une salle de réunion chez l'un de mes clients quand j'ai remarqué l'arrivée d'une petite dame d'une cinquantaine d'années, les bras chargés d'un manteau, d'un sac à main et d'un sachet en plastique. Elle fit un sourire discret en me voyant et disparu précipitamment dans le bureau d'en face.

Environ deux heures plus tard, je me suis levé pour me rendre au fond du couloir, là où se situe le point de rencontre de tous les salariés : la machine à café. L'un d'eux me demande si j'ai fait la connaissance de Monique et si elle m'avait raconté son histoire, car "elle raconte son histoire à tout le monde", d'après ce salarié.

Au milieu des années 2000, il a été nécessaire de restructurer une partie l'entreprise. Les postes des collaborateurs ont été redéfinis, les fonctions ont été élargies, les bureaux ont été réorganisés et Monique n'a pas suivi le train. Arrivée au début des années 90, elle a été l'assistante d'un manager jusqu'à ce que celui-ci quitte l'entreprise pour raison de santé. Hasard du calendrier, son départ coïncide avec les modifications structurelles de l'entreprise. Selon le récit de son collègue, Monique n'aurait pas accepté de travailler dans un grand open space avec les autres collaborateurs. Avant, elle occupait un petit bureau calme situé à côté de celui de son chef. Elle travaillait seulement avec lui. Elle connaissait ses habitudes, ses besoins, ses forces et ses faiblesses. C'était inconcevable d'être l'assistante de tout le monde. Elle a refusé d'adopter les nouvelles règles imposées par la direction. Ses collègues, dont les autres managers ont bien essayé de lui faire comprendre l'importance du changement. L'entreprise devait évoluer. Rien à faire, Monique a refusé de se conformer au reste du groupe.

Mais dans cette société, les collaborateurs sont invités à démissionner s'ils ne sont pas satisfaits. L'entreprise ne licencie pas, car cela n'est pas bon pour l'image. Qu'en penseraient les actionnaires, les partenaires et les clients si des licenciements arrivaient au moment où la société est justement en train de se restructurer ? Ce ne serait pas bien. Or, Monique n'a aucune envie de démissionner. Ayant plus de cinquante ans, elle sait que ce sera difficile de trouver un nouvel emploi.

Alors, il a été décidé de garder Monique. Elle occupe désormais ce petit local. La porte étant entre-ouverte quand je suis revenu, j'ai pu voir un tout petit bureau avec un ordinateur, un téléphone, une table et une chaise. La seule armoire contenait quatre classeurs et une bouloir électrique.

Toujours selon son collègue, elle n'a rien à faire. Elle ne prend part à aucun projet ni ne participe à aucune réunion.

Elle passerait ses journées à lire des magazines, faire des mots croisés, des sudokus, des scrabbles sur Facebook, et elle surferait toute la journée sur Internet. La direction attendrait depuis huit ans qu'elle décide de partir…

Le phénomène de l'ennui au travail a donné naissance à des livres et des documentaires sur le sujet. Je ne connaissais pas son existence avant d'avoir entendu ce récit. Après avoir raconté cette anecdote à plusieurs reprises, j'ai entendu d'autres témoignages de personnes qui s'ennuient au travail. Elles n'ont rien à faire, ou tellement peu de choses qu'il, je cite "faut occuper le temps pour ne pas donner l'impression qu'on ne fait rien". Cela vous choque ? Faites une recherche sur Internet avec le mot clé "bore-out", vous allez être surpris…

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.