Translate

11 juillet 2017

Les 2 questions à ne pas poser aux salariés


Quand on est manager, formateur ou coach en entreprise, il y a 2 questions à éviter… sauf si vous avez envie d’inciter la personne à quitter l’entreprise. 
Oui, deux questions peuvent suffire à inciter les salariés à pousser la porte de sortie volontairement en seulement quelques minutes. Si cela vous semble étonnant, faites ce test et vous aussi, vous pourriez vous rendre compte de l’impact de ces 2 questions. 

Répondez spontanément à cette première question en pensant à votre vie professionnelle. 

Question 1

  • Comment vous voyez-vous dans 1 an ?
    Ensuite, dans 5 ans ? Et dans 10 ans ? 
Je parie qu’une grande partie des personnes qui font ce test auront tendance à penser que dans 1 an, elles feront plus ou moins le même travail qu’aujourd’hui et auront une rémunération équivalente (peut-être supérieure). Probablement peu de changement. 

À 5 ans et 10 ans, il est possible que vous projetiez une promotion, une évolution dans l’entreprise ou simplement votre départ en retraite. 

Maintenant, passons à la seconde question. Il va falloir vous concentrer quelques minutes. Prenez un papier et un stylo ou essayez de dresser une liste dans votre tête. 

Question 2

  • Qu’aimeriez-vous faire dans 1 an ?
    Dans 5 ans ? Et dans 10 ans ?

Prenez le temps qu’il faut pour essayer de vous projeter à chaque étape : 1 an, 5 ans et 10 ans.
- Comment pourrait être votre travail ? Comment va-t-il évoluer ? Pensez à vos collègues, partenaires, clients, procédures, l’arrivée de l’intelligence artificielle, les besoins d’évolution et de formation, l’évolution des contraintes actuelles, etc. 
Aurez-vous encore envie de faire autant de déplacement, ou au contraire vous avez envie de bouger ? 
Et dans un deuxième temps, vos envies et vos souhaits les plus profonds (et peut-être aussi les plus fous). 
Ensuite, faites la même chose pour 5 ans et pour 10 ans. 

Une fois que vous aurez listé toutes les idées qui vous ont traversé l’esprit, demandez-vous aussi si ce que vous avez noté est réaliste. 

C’est très important, car il est souvent difficile de se projeter à plus de 3 mois ! Oui, vous avez bien lu: 3 mois ! C’est d’ailleurs un biais de perception exploité par des commerçants pour vous inciter à acheter à crédit : "Achetez en juin et payez en septembre". Les magasins Cora exploitent cette erreur de perception depuis des années. Ce biais repose sur le fait qu’on a souvent tendance à penser que demain sera meilleur qu'aujourd'hui. On aura plus d’argent, la vie sera plus simple, etc. 

Si vous avez pris le temps de bien réfléchir, les résultats de cette seconde question pourraient être très différents de la première. C’est là que le temps s’arrête pour certains qui prennent alors conscience qu’ils sont en train de passer à côté de leur vie… 

Alors, que voulez-vous vraiment ? 

La majeure partie des gens ont tendance laisser filer les mois et les années en gardant la tête dans le guidon. Ce n’est pas toujours évident de pouvoir prendre du recul, ou du moins le recul suffisant. Si vous avez déjà eu du mal à reprendre le chemin du bureau après les vacances d’été, c’est peut-être parce que vous n’avez pas envie de retomber dans les mêmes habitudes, et subir le système que vous avez laissé quelques semaines plus tôt. 

Pour beaucoup d’entre nous, plus les vacances sont longues et plus il est difficile de retourner au travail. Le vrai décrochage demande un peu de temps (généralement entre une et deux semaines). Ensuite, les vacances commencent vraiment. Malheureusement, il est souvent temps de repartir au boulot et de retrouver les vieilles habitudes ! 

Et s’il était venu le moment de vous poser les bonnes questions…

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LES AVEZ-VOUS VU ?