Translate

28 juin 2017

Qu'est-ce qui différencie un bon chef d'un mauvais ?


La première fois que j'ai posé cette question banale lors d'une formation, je ne m'attendais pas à ce qu'elle produise autant de réponses orientées sur les comportements. Je pensais que les réponses concerneraient l'organisation, la gestion du temps et du travail. Au lieu de cela, les gens présents dans la salle m'ont décrit essentiellement les aspects négatifs du mauvais chef.

Nous focalisons notre attention sur des éléments nous alertant. Quand une information nous perturbe, nous réagissons parfois très rapidement sans réfléchir. La réponse inconsciente est une réaction humaine normale. Nous avons envie de nous défendre et nos réactions ne sont pas toujours appropriées à l'attitude qu'il convient d'adopter dans le monde de l'entreprise. Nous pouvons aussi réagir consciemment après réflexion. Dans les deux cas, cette expérience négative sera enregistrée dans notre mémoire.

Ce que nous percevons comme négatif reste gravé plus longtemps et plus intensément que des scènes classiques de la vie de tous les jours, que nous soyons simplement surpris, un peu choqué ou carrément outré. Nous serons capables de parler encore quelques années plus tard de ce qui nous a marqués.

Quand un collaborateur arrive dans une équipe, dès les premiers instants de sa rencontre avec son nouveau manager, il ne pourra s'empêcher de se faire une opinion de lui, sur base de son expérience personnelle. L'analyse du comportement du manager sera instantanée. Rien ni personne ne pourra empêcher ce nouveau collaborateur d'évaluer et juger de façon très subjective son nouveau chef. Ce comportement est tout à fait normal. Il est en lien avec un instinct de protection qui consiste à évaluer les dangers pouvant se présenter lors des contacts avec les autres personnes.

Nous ne cessons d'analyser nos interlocuteurs en permanence. Il faut bien avoir à l'esprit que les premières secondes d'une relation sont essentielles. C'est à ce moment-là que nous nous forgeons une idée de la personne. Cette première impression restera longtemps gravée dans notre mémoire. Elle influencera fortement notre perception future de cette personne et des relations que nous aurons avec elle.

Cet exemple de la vie professionnelle met en évidence un point essentiel. Il est extrêmement important de faire une bonne impression auprès des autres, surtout ceux que l'on ne connaît pas et que l'on rencontre pour la première fois. Ce point est essentiel dans les relations amoureuses : c'est bien évidemment la même chose lorsque deux jeunes tourtereaux se rencontrent. Au même titre que lorsque deux individus se voient pour la première fois dans n'importe quel autre contexte.

La perception initiale influencera fortement les comportements à venir.

De plus, dans le cadre professionnel, le contact avec l'équipe et la perception des autres collaborateurs contribueront aussi à fortement influencer le jugement personnel de chacun. Un phénomène d’interdépendance se met relativement vite en place. Nous ne sommes pas des robots. Les hommes communiquent en permanence. Et quand ils parlent, ils ne se gênent généralement pas pour diffuser des informations négatives sur le dos des autres. Cela est même parfois un sport dans certaines entreprises.

Comment est votre chef ? 

Un mauvais chef est souvent décrit comme quelqu'un qui n'écoute pas, qui décourage, a un mauvais caractère, est égoïste, égocentrique, arrogant, incompétent, on ne peut pas lui faire confiance…

À l'inverse, un bon chef est quelqu'un qui sait écouter, communiquer, partager, motiver, prendre des décisions, penser à l'équipe avant de penser à lui, il est compétent et sait de quoi il parle, il est capable d'empathie...

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LES AVEZ-VOUS VU ?