Translate

Désormais, la plupart des formations sont réalisées à distance.


✅Personnalisé ✅Efficace
✅Suivi dans la durée ✅Économique
✅Pratique ✅Sans vous déplacer



28 mars 2017

Les réactions chimiques de l'amour (Dossier Relations amoureuses 4/5)

Désir, passion amoureuse et attachement

Ces trois éléments vont ensemble. Ils se succèdent naturellement dans les relations humaines. Le désir motive les hommes à rechercher une partenaire. La passion amoureuse établit un lien de fidélité à un seul individu. L'attachement permet à l’homme et à la femme de conserver suffisamment d'énergie pour élever leurs enfants. 

Un besoin de fidélité et l'apparition de sentiments forts et durables s'installent dès le début de la relation. Le désir et l'attachement produisent des comportements différents, des rêves et des espoirs que l'on a envie de partager avec l'autre.

Un sentiment d'anxiété lié à la séparation pousse les amoureux à se rapprocher. Ils ont envie d'être tout le temps ensemble. Ils ont besoin d'être proches, de se tenir l'un contre l'autre, collés au plus près. Ce besoin de rapprochement est tellement intense que, vues de l'extérieur, ces personnes donnent l'impression d'être fusionnées l'une à l'autre. 

Certains peuvent être tentés de se sacrifier pour l’autre, jusqu'à en mourir. Sans plonger dans les mélodrames à l'eau de rose qui peuplent les rayons des librairies, regardez autour de vous le comportement des amoureux. Écoutez-les s'exprimer et vous remarquerez peut-être que ces personnes sont fusionnelles au point d'en devenir irrationnelles dans leurs propos et dans leurs comportements. 
Mais, chaque pièce a un côté pile et un côté face. L'envers du décor dans ce cas est la jalousie, la possessivité, la dépression, la violence… 

Ce sont les résultats de réactions chimiques contribuant à détériorer notre perception.

Le désir est le résultat d'une action de la testostérone. Celle-ci agit aussi bien sur les hommes que sur les femmes. L'équilibre entre la testostérone, l’œstrogène et d'autres ingrédients chimiques (noradrénaline, sérotonine, ocytocine...) détermine notre façon d'être lors des relations sociales. Ces taux varient en fonction de nombreux paramètres. Notre perception d'une même situation peut donc très rapidement évoluer, tant dans un sens que dans l'autre. 

Certaines personnes seraient plus susceptibles que d'autres de ressentir la passion. C'est le cas des personnes les plus sensibles aux émotions de joie, tristesse, anxiété, peur, curiosité ainsi que d'autres sensations. Helen Fisher pense que tous les états d'agitation mentale sont associés aux mécanismes d'excitation du cerveau, ainsi qu'au niveau élevé d'hormones du stress. Cela aurait pour conséquence d’élever le niveau de dopamine. Ces personnes seraient plus susceptibles de subir les effets chimiques nécessaires pour une passion amoureuse.

Mais ne nous leurrons pas, selon des neurologues, l'amour passionnel et romantique décline fortement après douze mois. 


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.