Désormais, la plupart des formations sont réalisées à distance.


✅Personnalisé ✅Efficace
✅Suivi dans la durée ✅Économique
✅Pratique ✅Sans vous déplacer



Translate

03 février 2017

Conformisme et faux souvenirs



L'opinion d'un groupe influence l’individu seul. C'est ce qu'a démontré le psychosociologue Roger Mucchielli. L'individu a tendance à se soumettre aux règles, aux normes et aux modèles présentés par le groupe. La mentalité collective et les valeurs communes du groupe prennent le pas sur celles de l'individu. 

Les opinions, comportements et perceptions d'une majorité influent sur la minorité. Solomon Asch, psychologue américain, est connu pour son expérience réalisée avec un individu qui finit par douter de sa perception lorsque les autres membres du groupe donnent des indications contraires à sa perception personnelle. Il aura tendance à modifier sa réponse pour donner la même réponse que le groupe, même si celle-ci est contraire à ce qu'il a vu ou entendu. 

Tali Sharot a réalisé cette expérience en appliquant en plus un décalage d'une semaine. Les participants étaient invités à donner une nouvelle fois leur perception de ce qu'ils ont vu. Il n'y avait donc plus l’influence collective. Les participants qui avaient modifié leur perception conservaient leur réponse modifiée. Le faux souvenir a donc été enregistré dans la mémoire. Une erreur de mémorisation à long terme s'est produite. 

Les résultats de cette étude ont montré une activité dans l'hippocampe, mais aussi dans l'amygdale. Cette zone est en lien étroit avec le circuit émotionnel et social. Dans le cas présent, l'amygdale décide quels souvenirs doivent être conservés et quels autres doivent être modifiés. Les participants qui ont modifié leurs souvenirs afin de se conformer à l'avis du groupe ont été soumis à la pression du conformisme. Leur amygdale leur a dicté le choix à effectuer, entre le bon souvenir à garder et le mauvais à éliminer.  Ce processus a permis la construction et la mémorisation du faux souvenir.


Les souvenirs ne sont pas de simples enregistrements de la vie. Ils sont modifiables et peu fiables. Toutes les données extérieures que nous percevons contribuent à modifier nos souvenirs. Certaines les embellissent, d'autres les altèrent négativement et pour toujours.

A noter que si une personne reçoit une sanction parce qu'elle a exprimé une perception correcte du monde extérieur, alors elle pourrait commencer à douter de ses sens. Cela est valable pour les perceptions extérieures à la personne (ce qu'elle a vu, entendu, senti...) ou pour les perceptions intérieures d'ordre psychologique ou physiologique. La culpabilité peut envahir une personne à qui on demande d’avoir des sentiments différents de ce qu'elle ressent. À force de répétition, elle se sentira coupable de ne pas ressentir ce qu'on lui dit qu'elle devrait ressentir. [Watzlawick, 1984]

Le stress est aussi responsable d'une altération des souvenirs. Les trous de mémoire en sont de bons exemples. Une forte concentration en cortisol serait responsable d’une altération des neurones. Son influence pourrait expliquer l'apparition de trous de mémoire, alors que nous étions pourtant certains de connaître l'information que nous recherchons en vain.

http://www.nonverbal.expert/2014/05/nous-sommes-tous-irrationnels-votre.html


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.