Translate

05 février 2017

Celui qui vol...

Pourrait-il y avoir des voleurs parmi vos collègues ? J'imagine que vous espérez que ce ne soit pas le cas sinon comment avoir confiance aux personnes qui vous entourent… ?
Vous avez peut-être le souvenir d'avoir rangé quelque chose à un endroit précis et vous ne parvenez pas à mettre la main dessus. Mais où est-il ?

J'ai aussi été la victime de vols en entreprise. Cela peut être des petites choses, sans importance, telles que des gaufres ou des chocolats qui disparaissent d'un tiroir, la souris de l'ordinateur empruntée par un collègue (qui affirme ensuite que sa souris avait aussi une marque blanche en dessous exactement au même endroit que la vôtre...), ou des accessoires de bureau qui changent soudainement de propriétaire. Rien de bien méchant ni de préjudiciable. Mais certains osent aller plus loin. Que penser des téléphones fixes vendus par les salariés sur leboncoin.fr, eBay ou dans des magasins de seconde main ? Une fois volés, ces téléphones professionnels ne peuvent pas être connectés sur une installation téléphonique d'un particulier à moins de disposer d'un central téléphonique. Pas question de le connecter à l'arrière d'une box Internet, cela ne fonctionne pas ! Ils sont donc revendus dans des brocantes ou sur Internet. C'est aussi le cas du matériel informatique ou électronique volé. Ce n'est malheureusement pas exceptionnel. On m'a raconté des choses beaucoup plus croustillantes.

L'une de mes clientes a constaté la disparition de son ordinateur fixe en arrivant le matin. Cet ordinateur était bien plus imposant qu'un ordinateur portable et pourtant il a été volé durant son absence. Aucune trace de l'ordinateur, il s'est tout simplement volatilisé. Aucune caméra n'a enregistré le vol. La seule caméra de surveillance placée dans le bureau était un modèle non relié à un système d'enregistrement. Elle permettait simplement d'observer ce qui se passait en temps réel. Admettons que le voleur ait un grand sac. 

On peut facilement imaginer comment dissimuler une grosse boîte rectangulaire. Mais comment voler un gros photocopieur couleur de 1,50m de long ? Impossible de le transporter en pièces détachées, ni même de le glisser dans un sac. De plus, la disparition ne peut passer inaperçue. Et pourtant si ! Il a fallu plus de six mois au département administratif d'une grande PME pour se rendre compte qu'un photocopieur a été volé !

Cette entreprise dispose de sept bâtiments et d'un grand entrepôt. Bien que situés dans la même cour, les bâtiments n'ont pas de couloirs en commun. Il faut traverser la cour pour se rendre dans un autre service. La plupart des échanges se font donc par téléphone. Les collaborateurs se déplacent essentiellement pour se rendre dans les salles de réunion.

Début 2012, le service technique décide de remplacer les photocopieurs. Le prestataire de services est chargé de procéder à l'installation du nouveau matériel et de reprendre les photocopieurs existants. Chaque bâtiment dispose d'un copieur. Comme pour l'ancien modèle, un technicien est chargé d'effectuer des tests et des nettoyages une fois par trimestre, assurant ainsi le fonctionnement optimal des machines.

Un photocopieur avait été acheté par l'entreprise quelques années plus tôt. Il ne faisait pas l'objet d'un contrat de location et ne devait pas être repris par le prestataire de services. Une fois les six machines installées, le technicien a procédé à l'enlèvement des six copieurs en location. Concernant le septième, celui acheté par l'entreprise, il l'a laissé à l'endroit où il se trouvait. Plus exactement, il l'a déplacé de quelques mètres afin d'accéder à la prise électrique et à la connexion réseau. Le lendemain matin, les salariés de l'entreprise ont eu le plaisir de découvrir et d'utiliser les nouvelles machines.

Trois mois après l'installation, un jeune technicien effectue la maintenance des sept photocopieurs. Il passe au bureau administratif pour valider son passage. Trois mois plus tard, un autre technicien vient effectuer la maintenance. Cette fois, c'est le technicien habituel. Lorsqu'il rencontre une assistante pour la validation des documents, il fait remarquer que c'est une bonne chose de s'être débarrassé du photocopieur acheté, car leur marque est nettement meilleure que celle du concurrent. Après son départ, l'assistante se renseigne auprès d'un collègue pour savoir ce qu'est devenu ce photocopieur, car il devrait encore se trouver dans l'entreprise vu qu'il a été acheté. Elle se lance dans une recherche approfondie et ne trouve aucune trace de la vente de ce matériel. L'enquête interne a conclu qu'il a été volé le soir ou la nuit suivant l'installation du nouveau photocopieur. Aucune idée de l'identité de l'auteur du vol ni de la façon dont cela a pu se produire !

Dans une autre entreprise, c'est un billard destiné au personnel qui s'est volatilisé. J'ai aussi entendu parler de la disparition d'écrans, de tablettes, d'enregistreurs numériques, de webcams, mais aussi de matériel de cuisine, d'électroménager et même d'un distributeur de barres chocolatées et de gaufres ! Cette machine, grande comme un réfrigérateur et placée au premier étage, a aussi disparu sans laisser de trace.

On peut trouver sur Internet des produits neufs vendus par des particuliers à des prix défiants toute concurrence. Mais avant l'arrivée des sites de ventes entre particuliers ou des réseaux sociaux, il était aussi possible de se procurer très simplement auprès de ses collègues des objets aussi divers que du parfum, des CD, lecteur DVD, vestes, cravates, chemises, etc. La chose la plus bizarre qui m'a été proposée était... des fromages ! Le coffre de sa voiture était rempli de roues de fromage de plusieurs kilos chacune. Ces produits tombés du camion peuvent être très exotiques. Quoi qu'il en soit, n'achetez pas ses produits et n'encouragez pas les vols. Vous pourriez être suspectés de recel.


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LES AVEZ-VOUS VU ?