Translate

11 février 2017

Celui qui gère son temps...

Marie-Chantale est la doyenne du service. Voilà plus de 35 ans qu'elle est assistante administrative au sein d'une entreprise française travaillant dans le domaine juridique. Durant une dizaine d'années, Marie-Chantale était chargée d'assister un chef de service particulièrement strict sur la qualité du rangement et de l'organisation. Dans les années 80, les ordinateurs étaient encore de la science-fiction pour des salariés comme elle. Ils étaient réservés aux scientifiques et non aux administratifs. La fin du XIXe siècle était la période papier. Il y en avait partout. La poste déversait chaque année des tonnes de courriers qu'il fallait traiter, trier et ranger. Les étagères de la salle des archives étaient pleines. Les murs des couloirs étaient garnis de nouveaux rangements au point qu'il était difficile de circuler à certains endroits.

Marie-Chantale est devenue progressivement la référente en terme de classement et d'organisation des documents. La salle des archives était son territoire.

Les ordinateurs et la gestion des documents numériques ont bouleversé son travail dans les années 2000. Une partie des archives ont été numérisées, libérant une place considérable dans les bureaux et dans les couloirs. La salle des archives ne comptant plus que des documents n'ayant pas encore été traités et ceux qu'il est absolument nécessaire de conserver sous leur forme originelle. Marie-Chantale dispose donc de plus de temps pour effectuer son travail quotidien.

Un matin de janvier, le téléphone du chef de service sonne. Marie-Chantale vient d'être emmenée à l'hôpital par les pompiers. Elle s'est foulé la cheville en descendant du train. La voilà donc contrainte à rester chez elle pendant plusieurs jours. Coïncidence de l'histoire ou mauvais timing, c'est justement la semaine qui avait été retenue pour sélectionner les dossiers à numériser afin d'améliorer les recherches grâce à l'informatique, tout en libérant de la place dans les armoires.

Une personne chargée de ce travail était venue de Paris ce matin-là. Avec l'aide d'une collègue de Marie-Chantale, une cinquantaine de dossiers ont été sélectionnés dans la salle des archives. Cela a été très rapide : ils ont pris tous les dossiers de la première rangée en haut d'une étagère fixée au mur du fond.

Ces dossiers, sans signes distinctifs apparents, contenaient parfois plusieurs dizaines de documents relatifs aux affaires traitées. Ce qu'ils ont découvert les a immédiatement interpellés. Dissimulés parmi les documents se trouvait des notes manuscrites, des textes trouvés sur Internet, des coupures de journaux ou de magazines féminins. Marie-Chantale avait une passion pour l'astrologie et ses notes ne laissaient aucun doute sur le fait qu'elle préparait l'écriture d'un livre sur le sujet. Ses collègues connaissaient son intérêt pour cette discipline, mais aucun n'avait remarqué cette activité parallèle. La salle des archives étant particulièrement calme, elle savait quand elle pouvait s'y rendre pour travailler tranquillement. Étant équipée d'un téléphone sans fil, elle pouvait se déplacer librement dans les bureaux sans manquer un seul appel.

Marie-Chantale a reconnu avoir un peu abusé de la confiance de son chef. Il lui a pardonné, mais ne lui laisse plus aucune liberté sur la gestion de son temps et de son activité…

Je me souviens avoir eu des collègues de bureau assez mystérieux. Je les voyais comme des fantômes errants dans les couloirs. Impossible de savoir ce qu'ils faisaient réellement. Maintenant que vous connaissez ce récit, vous pourriez être tenté d'enquêter si vous en avez aussi dans votre entourage.



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LES AVEZ-VOUS VU ?