Désormais, la plupart des formations sont réalisées à distance.


✅Personnalisé ✅Efficace
✅Suivi dans la durée ✅Économique
✅Pratique ✅Sans vous déplacer



Translate

20 février 2017

Analyser le corps: Clé 9: Jambes et pieds

Les jambes sont droites quand la personne est debout, pliées quand elle est assise. Elles peuvent être croisées dans ces deux positions.

J’entends souvent des gens dire : "En entretien, il faut toujours s’asseoir les jambes droites, les pieds au sol, ne surtout pas croiser les jambes, etc."
Le principal dans toute attitude, c’est qu’elle soit vraie. Toute tentative de simulation finit toujours par se voir. Un autocontrôle cache forcément quelque chose, même s’il s’agit simplement d’un petit inconfort passager. De manière générale, les jambes droites avec les pieds ancrés au sol indiquent une posture de sécurité. La personne est prête à fuir ou à frapper. 

Le système limbique pousse tous les mammifères à agir ainsi face à un danger. Les croisements sont relatifs à des attitudes de confort. En effet, si le cerveau limbique autorise ce geste, qui ne permet ni la fuite ni l’attaque, c’est que la personne se sent relativement à l’aise.

Si la personne croise ou décroise les jambes, il faut analyser le moment pendant lequel ce croisement apparaît. Est-ce en relation avec ce qui a été dit ? Ou alors, cela fait une heure qu’elle est assise et elle a envie de changer de position. La chaise est peut-être inconfortable… De même, il faut tenir compte de la place disponible pour croiser les jambes. 

La présence d’une porte, d’une table ou d’autre chose influencera la position de votre interlocuteur sur la chaise. Si la personne est debout, il est possible qu’elle se balance d’avant en arrière. Cela accompagne souvent un inconfort ou une hésitation. 

Enfin, il est important de ne pas conclure trop vite l’analyse d’une personne qui adopte une position déhanchée. C’est un geste de repos, l’expression de la fatigue.


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.