Translate

12 janvier 2017

Astuce anti-mensonge: Offrez à boire!

Cette nouvelle astuce est ma préférée! Je ne peux pas compter le nombre de fois où je l'ai utilisée!

Si, quand vous posez des questions à votre interlocuteur, vous remarquez qu'il a envie de boire, cela pourrait être un indicateur d'inconfort. L’envie de boire est pas toujours en relation avec un besoin physiologique vital.

Regardez bien le moment de l'apparition du geste. Que penser si la réponse est précédée d’un regard sur le verre, ou d'une gorgée d’eau, ou encore d'un passage de langue sur les lèvres ? Cela révèle un inconfort. En situation de stress, on peut ressentir l’envie de boire souvent. Ceux qui doivent prendre la parole devant un public ont peut-être déjà ressenti cette impression d’avoir la bouche sèche.

Cette technique est facile à utiliser. En proposant systématique ment de l’eau avant de démarrer un entretien ou une réunion, vous atteindrez plusieurs objectifs :

• Le premier est d’accueillir l’interlocuteur dans de bonnes conditions. La qualité de votre accueil lui laissera une image positive de vous.
• Ensuite, ce qui nous intéresse est d’évaluer son honnêteté.
• La personne boira si elle a besoin de gagner du temps. C’est souvent le cas si une question nécessite une courte réflexion ou un mensonge. 

Le verre, ou la bouteille d’eau, est un accessoire utile par lui même. Si la personne est mal à l’aise, ou a besoin de décrocher le regard durant un instant, elle pourra le détourner sur le verre. Il est intéressant d’analyser à quel moment de la conversation cela se produit. Quels sont les éléments qui ont produit cette hésitation ? Il y a peut-être un point à creuser. 

De même, la déglutition est visible au niveau du cou. Si une émotion négative ou un inconfort est ressenti, une déglutition pourra apparaître. Le menteur aura envie de boire une gorgée. 
Attention, il peut y avoir un décalage. La déglutition et l’envie de boire peuvent se produire si l’émetteur ressent un inconfort ou est en désaccord avec quelque chose qu’il entend ou voit. Cela peut aussi être associé à une pensée n’ayant aucun rapport avec la conversation en cours.

Les Chinois et les Indiens de l’Antiquité utilisaient une technique proche pour identifier les menteurs. Les Indiens demandaient au suspect de mâcher du riz et de le cracher. En Chine, c’était de la farine de riz. S’il réussissait, il était innocenté. La nervosité ne permet pas de produire assez de salive pour cracher le riz.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.


LES AVEZ-VOUS VU ?