Translate

Désormais, la plupart des formations sont réalisées à distance.


✅Personnalisé ✅Efficace
✅Suivi dans la durée ✅Économique
✅Pratique ✅Sans vous déplacer



12 décembre 2016

Quels signaux indiquent un mensonge ?

"Quels gestes faut-il regarder pour détecter les mensonges ?", "Quels mots trahissent les menteurs ?", "Est-ce qu'on peut détecter les mensonges dans la voix ?", etc.

Mes clients me posent les mêmes questions depuis des années. Nous allons faire un point sur ce sujet.
Ouvrez l'oeil et tendez l'oreille! Écoutez, observez et analysez la communication de vos interlocuteurs, et vous pourrez peut-être repérer des mensonges. Le principal est d'être attentifs mais sans se faire repérer, sinon votre entourage pourrait se méfier de vous...

Même si vous trouvez utile d'écouter ce que la personne a envie de dire, c'est aussi parfois intéressant d'écouter ce qu'elle ne nous dit pas.

En parallèle, une observation attentive du comportement permet de mettre le doigt sur des expressions en accord ou en désaccord avec le discours. Les fuites comportementales, les gestes freinés et toutes les tentatives d'autocontrôle peuvent valoir la peine d'être analysés. Ces indicateurs vous donneront des informations sur l'état émotionnel de l'interlocuteur. Ne vous arrêtez donc pas à une simple écoute active.


QUE FAUT-IL ANALYSER ?

L'analyse porte sur les langages verbal et non verbal, ainsi que sur ce qui est exprimé et non exprimé. La communication volontaire regroupe tout ce qui est réfléchi, programmé, autocontrôlé. La communication non volontaire, ce sont les réflexes ou des pertes de contrôle.

Le verbal : écoutez les mots
Écoutez tout ce qui est dit volontairement ainsi que les non-dits. La communication involontaire est souvent révélatrice de ce que pense réellement la personne. Les points étudiés sont les erreurs de langage, le style du discours (direct ou indirect), la syntaxe, etc. On s'interrogera sur les points suivants: l'interlocuteur utilise-t-il un style simple ou complexe ? S'il est simple, pourquoi devient-il subitement complexe ou laisse-t-il une impression de brouillon ? Pourquoi utilise-t-il tout à coup un style indirect ? etc.

Au contraire, la recherche de la perfection est aussi un indicateur: pourquoi les réponses sont-elles trop parfaites, trop complètes, trop bien préparées? Le discours semble volontairement orienté.
Toujours à propos du style: utilise-t-il un style direct? Il parle de lui à la première personne, "Moi", "Je"; ou il préfère plutôt faire référence aux autres ("ils", "eux"). Si c'est le cas, à quels moments dans le discours ? La modification de style a-t-elle eu lieu spontanément ou au moment de répondre à une question ? Était-ce à propos d'un sujet délicat ou dans le flot continu de la conversation? Et le vocabulaire, est-il simple ou complexe? Semble-t-il volontairement complexe ou volontairement simple ? Quels sont les qualificatifs utilisés ? Sont-ils exagérés ? Il y a peut-être des atténuations (environ, la plupart, d'ordinaire, etc.) ou des généralisations (toujours, jamais, etc). Peut-être que l'interlocuteur abuse de synonymes et les démultiplie. Probablement y a-t-il beaucoup de répétitions ou d'hésitations.
Bref, les erreurs, décalages, défauts de cohérence, pauses et bégaiements font partie de l'analyse verbale.

Le vocal : Écoutez la voix

La voix transmet des informations sur l'état émotionnel de l'individu. Elle démontre surtout des signes d'émotions négatives, et non des signes de mensonges. Elle peut varier en volume, en hauteur ou en vitesse, dans le cas d'inconfort, de stress ou d'anxiété. Il peut y avoir des bruits du type raclements de la gorge, toux, grognements, etc. Et, bien sûr, la voix est forcément accompagnée de la respiration. Elle est rapide, calme ou intense. Est-elle aussi contrôlée ?

Les comportements : observez les gestes
Les attitudes, variations comportementales et réactions sont nombreuses, lors d'une communication. Il faut toujours établir des recoupements entre les gestes et la parole. Des problèmes de cohérence peuvent apparaître entre ce qui est dit et ce que le corps exprime.

Les zones à observer sont la tête, le corps, les jambes et les bras. Une analyse globale de la personne doit toujours être mise en relation avec ce qui est dit verbalement. L'observation porte sur la coordination avec le verbal.
  •   La tête
La tête est mobile : elle peut être en mouvement ou statique. Elle est rigide, droite ou penchée et peut être baissée. L'observation porte aussi sur les changements de couleur (pâleur ou rougeur), les expressions et les micro-démangeaisons. La durée des expressions est aussi importante que la synchronisation des mouvements au langage verbal.

Les zones d'observation sont les yeux, le front, le nez, la bouche, le menton et le cou. Le front est une zone dite fiable. Peu de gens savent contrôler cette zone, ou alors ils n'y pensent pas.

Les yeux sont mobiles et ils accompagnent le discours et la pensée de l'interlocuteur. Le regard peut être stable ou changer rapidement de direction. Les clignements peuvent changer de vitesse et les pupilles varier en diamètre. Les sourcils, quant à eux, changent de forme en fonction des expressions.

Le nez, la bouche et le cou sont des endroits où les gens aiment poser leurs doigts lorsqu'ils ressentent un inconfort. Certains mouvements du nez sont propres à des expressions (ex. l'expression du dégoût). Le menton joue aussi un rôle d'indicateur, notamment pour signaler un inconfort, mais cela peut aussi révéler de l'agressivité. Le cou et la gorge expriment plutôt les émotions négatives telles que la tristesse, une tension ou du stress.
  • Le corps
L'ensemble du corps est synchronisé avec le discours. Un décalage entre ce qui est dit et ce qui est exprimé non verbalement peut être révélateur d'une expression simulée ou d'une tentative de tromperie.

Le corps produit des gestes dans le but d'agir. Parfois, il produit des gestes par réflexe, sans aucune action intentionnelle. L'interlocuteur illustre son discours. Il utilise ses mains, son corps et ses gestes pour appuyer les mots prononcés, dans le but d'organiser ses propos. Ce sont des illustrations, c'est-à-dire des gestes utilisés pour communiquer. Ils ne sont pas innés, mais acquis par l'éducation. Ils varient donc avec la culture. Ils n'ont aucune signification indépendamment des mots, on dit qu'ils sont arbitraires.

Les emblèmes font partie de la culture. Il s'agit de gestes précis, connus de tous au sein d'une communauté ou d'un groupe social. Ils varient d'une culture à une autre. Ces gestes sont relativement fiables. Ils ont une signification sans qu'il soit nécessaire de parler. Ils sont émis volontairement à destination d'une personne. Ils sont aussi involontaires, ce sont les lapsus emblématiques. Si vous êtes dans un pays occidental (Europe ou Amérique du Nord), et que votre partenaire vous regarde en faisant un doigt d'honneur sous la table alors que vous lui dites que vous êtes heureux de travailler avec lui, il y a de fortes chances pour qu'il ne pense pas la même chose que vous.

Les autocontacts consistent à toucher une partie du corps avec une autre: frotter, tenir, manipuler, gratter ou pincer cette autre partie. Un doigt peut toucher une autre partie du corps, un vêtement ou un accessoire. C'est souvent un indicateur d'inconfort, mais aussi parfois de détente.
Les mains expriment souvent des émotions en accord ou en désaccord avec le verbal. Elles reflètent souvent ce que les gens pensent. La position des pieds diffère selon celle du corps: station debout ou assise. Les jambes sont droites ou croisées, les pieds ancrés sur le sol ou presque sans contact avec celui-ci. Dans une interaction, les mouvements des pieds et des jambes suivront, ou non, le discours.

L'attitude d'une personne s'évalue aussi à sa posture. Comment se tient-elle ? L'observation s'intéresse à l'ensemble du corps, en partant des épaules. Se tient-elle droite ou voûtée ? Y a-t-il des haussements d'épaules? Est-elle tendue ou son corps semble-t-il rigide ? La transpiration ou le fait d'essayer de se grandir sont des marqueurs intéressants à repérer. La respiration est-elle normale? Elle peut être anormalement rapide, retenue, relâchée ou auto-contrôlée.

En conclusion

Les variations émotionnelles peuvent fournir beaucoup d'informations sur le ressenti de la personne en temps réel, à condition de savoir repérer les indicateurs quand ils se produisent.
  1. Écoutez, observez et mettez les éléments collectés en relation avec la situation en cours.
  2. Demandez-vous : le langage verbal et le comportement sont-ils synchronisés ?
Votre analyse portera sur ce qui est exprimé et non exprimé sur le plan verbal et comportemental:

Verbal: analyse du style, syntaxe, vocabulaire, erreurs, cohérence, etc.

Vocal: analyse de la voix (ton, rythme, vitesse, intonation, etc.), bruits, respiration, hésitations

Comportement: analyse des gestes (tête, corps, bras, jambes)
  • Tête: front, yeux, nez, bouche, menton, cou.
  • Gestes des bras et des mains, illustrations, emblèmes, autocontacts.
  • Gestes des jambes et des pieds.
  • Posture, respiration.

A lire aussi sur le Huffington Post

11 astuces pour détecter les mensonges comme les pros
5 Astuces simples pour détecter les mensonges
Vérité ou mensonge ? 3 gestes qui parlent plus que les mots!




Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.