Translate

Désormais, la plupart des formations sont réalisées à distance.


✅Personnalisé ✅Efficace
✅Suivi dans la durée ✅Économique
✅Pratique ✅Sans vous déplacer



18 juin 2017

Reprenez votre liberté de penser


"Je n'écoute que mon curé ou le Pape, ils ne peuvent pas mentir !"
À côté d'un homme politique ou d'une campagne média visant à promouvoir la dernière création de l'industrie alimentaire, les religions font figure de saints, et leurs dirigeants de fournisseurs officiels de bonnes paroles. Du coup, on ne peut que leur faire confiance, n'est-ce pas ? C'est justement le problème!

À une époque où la science n'existait pas, les hommes ont eu besoin de trouver des explications pour comprendre le monde et les phénomènes naturels qui rythmaient leur vie. Ils se sont inventé des dieux dotés de pouvoirs surnaturels, capables de faire le bien et le mal. 

C'est généralement là que les regards noirs commencent à apparaître chez les personnes accros aux croyances d'un autre âge, véhiculées par leurs traditions et leur culture. 

De tout temps, les religions ont apporté des réponses aux grandes questions que se posait l'humanité. À une époque où les croyances rejoignaient la philosophie populaire, les règles de morale enseignées permettaient de gérer le peuple.

Les gens se rassemblaient dans les lieux de cultes pour écouter la voix de leur maître. Le pouvoir religieux tenait les rênes du peuple qui lui obéissait aveuglément. En occident, durant la période la plus sombre du moyen âge, le pouvoir religieux était plus puissant que le pouvoir des rois. Le territoire de l'Église dépassait les frontières physiques des États. La religion était omniprésente dans la vie de chacun. Ceux qui n'étaient pas en accord avec elle pouvaient être excommuniés et grillés au barbecue sur le saint bûché. L'écriture, méthode indispensable pour acquérir des connaissances et pour les transmettre à d'autres, était enseignée par le clergé. L'enseignement de la Bible était obligatoire pour tous ceux qui avaient la chance d'accéder aux connaissances. L'éducation reposait avant tout sur des fondements religieux.

Pendant 2.000 ans, l'Église catholique a modelé le mode de pensée de milliards d'individus. Bien qu'ayant perdu une partie de son pouvoir d'influence, elle reste néanmoins très présente dans de nombreux pays. Les autres religions influencent également les esprits et les comportements de leurs adeptes. Les nouvelles religions et leurs gourous s'adaptent à leur époque. Modérées ou radicales, anciennes ou nouvelles, les sectes d'hier sont devenues des religions massivement pratiquées aujourd'hui.

Toutes les relations utilisent la communication

Le filtrage des informations, la surveillance de la population et la désinformation utilisent des canaux similaires à ceux que nous avons évoqués précédemment. Livres, magazines, photos, images, télévision, réunions, les religions utilisent les outils de leur époque.

Tout comme les médias, les doctrines véhiculées par les religions sont capables de lobotomiser nos cerveaux et de nous empêcher de réfléchir. Vous avez envie d'acheter ce nouveau parfum dont vous avez déjà vu 30 fois la publicité à la télé, sur internet, à la radio, etc. Vous allez voter pour ce politicien que vous trouvez séduisant et qui vous a convaincu d'être le sauveur. Il va (enfin) permettre de rétablir l'équilibre des finances du pays et diminuer le chômage ? 

Sérieusement, voyez-vous une différence avec les religions ? Personnellement, je n'en vois aucune !

Elles utilisent tous les canaux de communication pour véhiculer leurs idées. Elles font de belles promesses d'un retour à un monde meilleur. Elles promettent une libération et un épanouissement des personnes. Leur communication est simple et compréhensible par tous. Avez-vous déjà remarqué que la Bible utilise le même principe de communication que le réseau social Twitter ? À côté d'un charabia parfois incompréhensible, les phrases clés à retenir sont exprimées très simplement en peu de mots. Twitter impose à ses utilisateurs d'écrire leurs messages en maximum 140 caractères, soit une phrase et demie. 

Les religions forment des moutons dès le plus jeune âge. L'intégration des enfants se fait dès leur naissance. Ils n'ont pas le choix, ils sont amenés par les parents qui sont chargés de transmettre ces valeurs à leurs enfants et de les faire respecter. Les messages clés sont simplifiés et répétés à outrance afin d'assurer un ancrage durable dans le temps. 

Les relations utilisent aussi l'environnement. C'est l'un des composants de la communication non verbale, essentielle au conditionnement. Les réunions ou messes ont lieu fréquemment dans des lieux de culte spécialement décorés, qui ont pour effet de plonger les personnes dans un état mental différent de celui de la vie de tous les jours. Les églises, temples et autres lieux de culte contribuent à troubler notre perception et à fragiliser notre capacité de rationalisation. Ce conditionnement évite de devoir gérer les brebis égarées. Un manager n'aime généralement pas devoir recadrer un collaborateur qui met sa parole en doute. Les religions sont comme des entreprises. Les big boss ont créé des règles et des procédures depuis très longtemps. L'encadrement est chargé de les faire respecter. 

Ce mode de fonctionnement permet à chaque religion de transférer ses valeurs au travers des générations tout en garantissant la pérennité du business.

Je suis libre de penser ce que je veux!

Ainsi, nous sommes conditionnés et priés de respecter les règles sinon la colère divine pourrait s'abattre sur nous. BRRRR! Cela fait peur! 

Si aujourd'hui cette menace nous semble d'une autre époque, il reste tout de même une part importante de la population convaincue de l'existence d'un vrai danger, ou au contraire qui cultive l'espoir d'un monde meilleur. 

Le conditionnement imposé par la culture, et l'apport religieux transmit de la façon nous avons parlé précédemment, contribue à rétrécir parfois drastiquement le champ de pensée de certaines personnes. Leur vie n'aurait plus de sens hors du portrait peint par l'enseignement religieux depuis leur enfance. Les dérives sectaires et les radicaux de tout genre poussent la menace à l’extrême. Leurs croyances sont tellement importantes à leurs yeux que certains choisissent de se faire exploser sous les bombes pour la gloire de leur dieu. 

Notre société occidentale nous permet de penser librement sans craindre le jugement d’autrui. C'est du moins l'un de ses fondements. Mais cela va dans les deux sens! Vous êtes libre de penser ce que vous voulez. Même si cela peut paraître simple, les faits peuvent être complètement différents. L'une des caractéristiques de la culture est l'ancrage profond des valeurs dans l'esprit des membres d'une même communauté. 

Les sciences ont mis en évidence la longue chaîne de l'évolution qui sépare les humains de leurs ancêtres à quatre pattes. Pourtant, aujourd'hui un américain sur deux croit encore que l'homme a été créé par un Dieu. "In Got We Trust!", c'est même écrit sur les dollars ! Au moment de la crise financière aux États-Unis, alors que le Président Obama a fait pression sur les républicains pour relever le plafond de la dette américaine, les experts financiers et les hauts fonctionnaires américains ont prié Dieu de les sauver de la situation catastrophique qui se produirait en cas de refus du clan républicain ! 

À votre échelle, parmi vos amis, votre famille, vos collègues ou vos interlocuteurs d'un jour, il vous faut veiller à conserver votre liberté de penser. Ne vous laissez pas embarquer dans des conversations difficiles dans lesquelles vous n'aurez de toute façon pas raison. Lorsque nous parlons avec des gens convaincus par des valeurs fortes de leur culture, dont la religion est un pilier, nous n'avons que peu de chance de les influencer. Votre parole contre celle de leur guru : vous n'avez aucune chance ! Laissez tomber ! Parlez d'autres choses ou dites-leur franchement que ce sujet ne vous intéresse pas. Osez dire à votre interlocuteur que vos valeurs ne sont pas les siennes, mais que vous partagez d'autres valeurs avec lui. Réorientez ensuite la conversation sur un autre sujet. S'il insiste lourdement, comme un témoin de Jéhovah qui aurait envie d'entrer chez vous et de se faire offrir un café, dites-lui clairement, simplement et gentiment que vous avez aussi vos propres valeurs et vos croyances. Demandez-lui ensuite de respecter votre choix qui est de ne pas échanger sur ce sujet.

Ce faisant, vous éviterez se terrain glissant sans blesser votre interlocuteur. Ne vous laissez plus embêter par des paroles sans intérêt et des considérations qui ne respectent pas vos valeurs. Vous avez le droit de penser ce que vous voulez. C'est aussi votre droit de l'affirmer. 

Dans le cas où il ne comprendrait pas votre message, mettez un terme à la conversation. Prétextez une bonne raison de le quitter ou dites-lui simplement « Bon, il est temps que je quitte », sans donner plus de raisons. Laissez la personne revenir vers vous ou recontactez-la plus tard. Elle devrait comprendre que le sujet dérange. 

Certaines personnes sont néanmoins peu compréhensives ou très obtuses. Dans ce cas, il faut savoir leur dire "Stop, je ne suis pas intéressé par ce sujet" ou "Je n'ai pas envie d'aborder ce sujet avec toi ni avec quelqu'un d'autre". 

Tournez-vous, sortez de l'axe de la communication, ne le regardez plus, changez d'activité... Votre comportement peut en dire bien plus long que les mots. En adoptant une posture de retrait, vous appuierez vos mots à l'aide de votre comportement, sans agressivité.

La vie en communauté nous impose de respecter les valeurs et les croyances des autres.

5 questions pour relancer le débat et le pousser à la réflexion

1. Pourquoi est-ce important pour toi ?
2. En quoi cela a-t-il changé ta vie ?
3. Pourquoi cela changerait-il la mienne ?
4. Pourquoi devrais je perdre une partie de ma liberté de penser au profit de ta religion ?
5. Tu n'as pas peur de voir le monde au travers un filtre et de passer à côté de la réalité ?

En le laissant parler, vous lui montrez que vous voulez communiquer avec lui, mais sans accepter ses valeurs. Vous l'écoutez et vous entretenez une relation cordiale. Vous arriverez peut-être à percer à jour ses motivations. Il est possible que votre interlocuteur soit la proie d'une secte. Certaines personnes donnent l'impression que les mêmes idées tournent en boucle dans leur tête, comme lorsqu'un ordinateur est en train de bugger!

Ces questions devraient vous aider à en savoir un peu plus sur lui. Mais ne vous laissez pas convertir! 

Enfin, si vous vous sentez d'humeur vindicative, voire guerrière, vous pouvez avoir envie de vous lâcher un peu. Cela peut faire du bien quand on rencontre des gens très obtus, surtout quand on n’a rien à perdre...

Amusez-vous bien, mais faites tout de même attention, car certaines personnes pourraient devenir agressives.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

14 juin 2017

Une erreur de recrutement qui coûte cher...


À 54 ans, Philippe vient de passer plus de 18 mois au chômage. Après un bilan de compétences suivi de quelques rares offres d'emploi, il décroche enfin un rendez-vous pour un poste de chef de projet dans une petite société travaillant dans l'agroalimentaire. Un simple appel téléphonique avait suffi à convaincre le directeur de l'entreprise qu'il était le candidat parfait pour ce poste. Il devait lui envoyer le CV avant midi, car le rendez-vous fixé aurait lieu en fin de journée. Une petite heure était suffisante pour modifier son CV en reprenant les termes employés dans l'offre d'emploi.

Le commercial pouvait se présenter à ce poste avec la casquette d'un chef de projet confirmé. Son CV était très convaincant. Philippe connaît ce secteur d'activité puisqu'il a été vendeur pendant une bonne trentaine d'années sur la région parisienne. Mais depuis qu'il a déménagé pour habiter une petite ville de province, il a rencontré de sérieuses difficultés pour travailler. L'âge étant devenu un handicap, il a utilisé celui-ci à son profit afin de faire valoir une expérience qui ne possède pas. Quel commercial n'a jamais légèrement modifié l'apparence d'un produit pour le vendre… ?

Le chef d'entreprise a très rapidement adhéré au beau discours de Philippe. Quelques jours plus tard, il avait la responsabilité de gérer un nouveau projet accompagné d'une petite équipe de huit collaborateurs. Ils étaient tous plus jeunes que lui et bénéficiaient d'une expérience allant de 5 à 10 ans dans leur fonction. Il pourrait donc s'appuyer sur eux pour démarrer au mieux cette nouvelle activité. Ce projet consistait au développement d'une nouvelle ligne de produits surgelés destinés aux supermarchés. Philippe est un commercial et non un gestionnaire de projet. Cela n'a pas tardé à déraper. Le manque de rigueur et la méconnaissance de la gestion d'une équipe projet ont créé des tensions avec ses collègues. Ajouté à cela qu'il trouvait toujours un moyen de quitter le bureau pour se rendre chez les clients. Cela n'a pas tardé à agacer son équipe, créant des tensions et générant une mauvaise ambiance de travail. Les problèmes de cohésion ont accentué le ras-le-bol latent et la grogne qui régnait dans l'entreprise depuis plusieurs mois. Son comportement de baratineurs énervait les autres qui ne lui faisaient absolument pas confiance.

Au bout de 3 mois, le dirigeant de l'entreprise a compris qu'il avait misé sur le mauvais cheval et que Philippe n'avait pas la carrure pour mener à bien un tel projet. Mais il était trop tard pour sortir indemne d'une telle situation. Il y aurait forcément des pertes financières et humaines. Cela ne tarda pas. À la fin du troisième mois, deux collaborateurs démissionnèrent tandis que les autres continuent à râler dans leur coin. Il faudra du temps pour retrouver leur confiance et leur motivation. Cela aussi coûtera donc aussi de l'argent.

Cette situation qui peut sembler banale peut se transformer en cauchemar pour le chef d'entreprise quand les montants investis sont élevés. Les coûts en salaire, le temps perdu, les gaspillages, la perte en confiance, le départ de collaborateurs … peuvent rapidement se chiffrer en dizaines de milliers d'euros. Un dirigeant doit toujours garder à l'esprit qu'une réunion d'une heure avec 8 collaborateurs représente 8 heures de salaire. Les départs volontaires coûtent cher. L'addition s'élève vite quand il faut recruter, former et accompagner des nouveaux jusqu'à ce qu'ils atteignent le niveau d'efficacité de ceux qui sont partis.

Faites donc très attention quand vous recrutez un collaborateur. Un beau parleur est comme un paquet de gâteaux : ce n'est pas parce que l'emballage est beau que le produit à l'intérieur est bon pour la santé.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

12 juin 2017

Pensez à vous tant qu'il en est encore temps...


En avez-vous marre de ces donneurs de leçon ? Et s'il était temps de passer à autre chose ? La vie vous a transporté où vous êtes aujourd'hui, mais faites-vous réellement ce que vous avez envie de faire ? Ces trois questions peuvent suffire à remettre toute votre vie actuelle en cause. Et pourtant, vous ne pouvez pas quitter cette vie-là...
En êtes-vous bien certain ?

Arrrgh, la question triviale qu'il ne faut surtout pas poser, car sinon, c'est toute votre existence actuelle qui pourrait être remise en question. Cela fait naître des doutes, des peurs, voir même carrément des angoisses pouvant vous paralyser durant plusieurs heures.

Si cela vous est déjà arrivé de ressentir une forme d'émerveillement en écoutant une personne parler d'un sujet qui vous intéressait, ou si vous avez ressenti un besoin d'approfondir plus pleinement vos connaissances après avoir regardé un documentaire à la télévision ou simplement après la lecture d'un article, alors, il y a peut-être un désir caché en vous qui ne demande qu'à s'exprimer.

Mais au lieu de partir en quête de nouvelles connaissances qui vous intéressent, au lieu d'assouvir votre soif de connaissances, vous laissez s'échapper une opportunité de vous faire plaisir... Mais pourquoi ? Non, ne dites rien. Je parie que c'est pour retourner à vos bonnes vieilles habitudes, pour retrouver le confort de votre vie, avec ces routines et toutes les petites habitudes qui créent un certain niveau de confort. Le changement fait peur, car le changement, c'est la prise de risque. La peur de perdre ce que l'on a peut être paralysant, immobilisant, et surtout, il empêche d'avancer.

Oui, mais la vie nous oblige quelque peu à développer ces routines et ces habitudes confortables. Pour beaucoup d'entre nous, vivre, c'est fonder une famille, assurer une stabilité pour soi et pour les siens, c'est assurer l'avenir de ses enfants... Il faut pour cela travailler, s'endetter pour rembourser le prêt de la maison, économiser pour partir en vacances, courir après les musts-have de la société de consommation ... Bref, après 40 ans de course contre la montre et d'immobilisme lié aux obligations professionnelles, familiales, sociales, la plupart des gens ont oublié de...vivre.

Et la satisfaction personnelle dans tout cela ? Comment se porte votre bien-être psychologique au quotidien ? Avez-vous la possibilité de faire ce que vous aimez ? Et aussi, avez-vous la possibilité de ne plus subir les autres ?

Pour tout cela, et pour bien d'autres choses essentielles à la vie, pensez à être... vous!

Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

07 juin 2017

52 fausses croyantes.

Et si les croyances populaires se trompaient ? Cet infographique rétabli la vérité en quelques mots pour chacune de ces 52 fausses croyances. Cliquez sur l'image pour zoomer.



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

05 juin 2017

Méfiez-vous de ce type de réponse


Ce n'est jamais bon quand on voit une personne répondre ainsi à une question: il s'auto-contrôle, prend beaucoup de temps pour trouver les mots justes et une fois la réponse apportée, il montre aussi beaucoup de signes d'inconfort.

Dans la situation présente, il s'agit d'un ancien mafieux qui a passé 20 ans en prison. On peut comprendre que ce soit difficile pour lui d'en parler devant une caméra. Mais dans votre vie, si vous voyez un comportement similaires, posez-vous des questions... Vous pourriez vous trouver face à une tentative de mensonge ou de dissimulation. (Dans le cas présent, la vidéo sert juste d'illustration)



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

Macron-Trumps le duel des males dominants en live


Donald Trump est désormais célèbre pour ses poignées de mains puissantes. Il n'hésite pas à broyer la mains des autres chefs d'Etat. Il a désormais trouvé un adversaire à sa taille: Emmanuel Macron.

Regardez la force de ce geste: cette fois, c'est Emmanuel Macron qui va chercher Donald Trump.
Se sentant pris à son jeu, Donald Trump improvise un hug, comportement relativement peu fréquent en politique. Se faisant, il impose ce geste à Macron qui n'a pas d'autre choix que de suivre le rythme. Donald Trump termine pas une tape dans le dos. Il est clair qu'il veut garder l'ascendant. Mais Emmanuel Macron contre-attaque immédiatement en posant sa main sur celle de ce cher oncle Donald, cette fois bien visible pour les caméras...

Ces comportements démontrent une volonté d'afficher sa force. Ce sont des comportements de domination.



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS

01 juin 2017

Voici comment ne pas faire une bonne impression

Le sourire est souvent utilisé comme un masque afin de dissimuler les émotions réellement ressenties. A ces faux sourires et fausses attitudes simulant le confort, viennent s'ajouter une large panoplie de comportements qui montrent le contraire. Cette vidéo est une perle ! 😂
Si vous voulez faire une bonne impression, créer un lien de confiance, montrer aux autres que vous êtes fiable, cohérent et sérieux... alors voici ce qu'il ne faut pas faire. 



Contactez-moi pour un coaching si vous devez prochainement faire une bonne impression

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo sur YouTube, la voici sur Facebook



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.

LIRE PLUS