22 février 2017

Analyse non-verbale: Les clés d’observation

Voici un résumé des clés d’observation.


Analyser le comportement : la tête et le corps

LA TETE: 6 CLÉS

1. Mouvements de la tête : souplesse, position droite ou penchée
2. Visage : front, souplesse, couleur, symétrie des expressions, tensions, démangeaisons,etc.
3. Yeux : stabilité, mouvements, rapidité, direction, clignements, pupilles, sourcils
4. Nez : plis, contacts
5. Bouche : sourires, lèvres, dents, bâillements
6. Menton et cou : démangeaisons, déglutitions

LE CORPS: 10 CLÉS

1. Illustrations
2. Manipulatoires et auto-contacts
3. Emblèmes : lapsus emblématiques
4. Posture : changement de position, se grandir, odeurs
5. Épaules : stabilité et mobilité, haussements
6. Bras : mobilité, tensions, croisements
7. Respiration : rapidité, autocontrôle
8. Mains : ouverture, apparentes, poignets, température
9. Jambes et pieds : positions, croisements
10. Coordination : synchronisation des gestes


RÉACTIONS LIMBIQUES: 8 CLÉS

1. Arrêt : le corps se fige (inclus une partie du corps, la tête, le visage, etc.).

2. Fuite : le corps, la tête ou une partie du corps effectue un mouvement vers l’arrière ou se tourne (même très légèrement).

3. Attaque : exprimé complètement ou en partie (geste freiné). Exemple : poing serré, doigt d’honneur, coup de pied, des dents prêtes à mordre et accompagnées d’une expression de colère, etc.

4. Micro-expressions : identifier l’apparition et la nature des micro-mouvements (visage et corps, dont les mains, les épaules, les jambes, les pieds).

5. Nervosité : apparition de tics (sur le visage, sur les mains, etc.). Exemple : lèvres tendues, pressées, mordues, tremblantes, menton tremblant, front plissé, mouvements des yeux rapides, transpiration, respiration saccadée ou rapide, etc.

6. Réconfort : apparition de gestes d’apaisement.

7. Auto-contacts sur le corps et notamment le visage, y compris se mordre la langue ou la déplacer frénétiquement à l’intérieur de la bouche, tirer sur sa barbe ou ses cheveux, ainsi que les clignements incontrôlables des yeux. Les doigts tordus, peaux arrachées et autres petites automutilations apparaissant au cours de la conversation sont aussi des gestes appartenant à la séquence inconfort-réconfort. La hauteur des gestes de réconfort/t indique le niveau de stress ressenti : plus ils sont situés au niveau du visage et du cou, et plus le stress est important.

8. Les gestes faux : l’interlocuteur montre une émotion, mais en ressent une autre.
Exemple : faux sourire, sourire sur une seule moitié du visage alors que l’autre moitié montre la tristesse ; les lèvres sourient, mais le front les yeux montrent de la peur ou de la tristesse ; un sourire au coin de la bouche exprimant le mépris (sourire d’un seul côté de la bouche), un sourire sur les lèvres et le nez relevé trahissant une attitude hautaine, etc.


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.
LIRE PLUS

ANECDOTE: Celui qui utilise un traducteur automatique...

Pensez-vous qu'une entreprise pourrait acheter un service raté plusieurs fois de suite ? J'imagine que la plupart d'entre vous pensent que cela n'est pas possible. Si le prestataire de services est mauvais une fois, il y a des chances pour que l'entreprise ne fasse plus appel à lui la fois suivante. 

Bon, il faut absolument que je vous raconte cette situation que je vis plusieurs fois par mois. 
J'ai des clients partout dans le monde. J'enregistre des voix off en français. Les textes qui me sont fournis sont souvent des traductions de la langue originale vers le français. Et la plupart du temps, il s'agit de réaliser la voix off française d'une vidéo qui sera disponible en plusieurs langues. Voilà pour le cadre. 

Mais toutes les traductions ne se valent pas. Certaines sont vraiment très mauvaises! Parfois, il m'arrive de ne pas comprendre le sens du texte que je reçois: les mots assemblés les uns aux autres n'ont pas de sens, il n'y a pas de verbe, les mots sont mélangés dans les phrases, etc. 
Or, en tant que studio d'enregistrement, les textes doivent être prêts à être enregistrés, sans erreurs. 
Lorsque le texte original est écrit en anglais, je propose un service de relecture et optimisation du texte français. Mais s'il est écrit en russe, chinois, coréen, ou une autre langue que je ne connais pas, cela devient nettement plus compliqué. 
Un client basé en Chine m'envoie régulièrement des textes traduits par son bureau de traduction. Il y a quelques mois, j'ai eu un contact avec la traductrice, car je ne comprenais vraiment pas ce que je devais lire. On parlait d'une grande entreprise chinoise, puissante, employant des milliers de travailleurs, etc. Bref, une entreprise qui a les moyens de payer un traducteur capable de transmettre les valeurs et l'image forte que les dirigeants veulent véhiculer. 
L'agence de traduction étant payé une misère, ils ont utilisé des moyens très économiques: 2 traducteurs automatiques. Le texte a d'abord été traduit du chinois vers le russe par un outil de traduction, et ensuite du russe vers le français par Google Translate. Ainsi, le client ne peut pas identifier que l'agence a utilisé un moteur de traduction. 
Ces petits malins pensaient que le résultat final serait parfait. Or, on est loin d'obtenir des textes compréhensibles. 
Quand j'ai remonté l'information à mon client (l'agence de communication chinoise chargée de la réalisation de la vidéo), le responsable m'a dit que les textes sont validés par le client final (la grande entreprise) et qu'il faut donc les enregistrer ainsi, mot pour mot comme ils ont été écrit par l'agence de traduction. 
Cette situation absurde m'a fait perdre un temps considérable, car je ne comprenais pas ce que je lisais! J'ai trébuché sur toutes les phrases, certaines n'ayant vraiment aucun sens. 

Qu'en est-il aujourd'hui ? Et bien, je vous laisse deviner: la situation est identique! Je continue à recevoir des textes incompréhensibles, chargés d'erreurs grammaticales, parfois sans aucun sens, mais censés véhiculer l'image professionnelle d'une grande entreprise... Les textes sont validés, je dois les enregistrer en l'état... Absurde, non ? 
LIRE PLUS

21 février 2017

Analyser le corps: Clé 10: La coordination

Les gestes vrais, non simulés, liés à des émotions ressenties, sont synchronisés au langage verbal. La personne dit quelque chose et l’exprime par les mots ainsi que par son corps. Les gestes arrivent en même temps.

Votre interlocuteur raconte une histoire tout en agitant sa main droite, de haut en bas, vers la droite, hors de l’axe de la conversation : "J’étais à vélo, et puis je l’ai vue, sur la route, seule, perdue, toute petite, sans défense. Alors, j’ai cherché un sac pour la ramener. Je suis vite revenue à la maison, j’avais peur qu’elle ne se fasse écraser."

Vous réagissez : "OK, OK… Alors, explique-moi l’existence de ce ticket de magasin sur lequel il est écrit : Grenouille adulte : 10 euros !". Sans voir le ticket du magasin, vous pouvez savoir qu’elle ment si ses gestes ne sont pas coordonnés avec ce qu’elle dit. Quand une personne dit la vérité, ses gestes accompagnent le discours, en rythme et dans la communication. Dans cette situation, il y a un décalage. L’agitation de la main de Sophie, de haut en bas, exprime un battement, mais il est décalé vers la droite, hors de l’axe de la communication. En 1998, l’ancien Président américain Bill Clinton a certifié, devant des millions de téléspectateurs américains, qu’il n’avait eu aucune aventure avec Monica Lewinsky. Il a menti devant les caméras. La vidéo est consultable sur Internet. Le Président regarde son interlocuteur, placé à sa gauche. Sa main droite bat la mesure et appuie ses paroles, mais elle est décalée de l’axe de la communication. Tout le monde sait maintenant qu’il a menti.



Le cas de la colère

Quand une personne est en colère, cela se voit et s’entend. Son discours et ses gestes expriment ensemble son sentiment. Ils sont coordonnés. Votre interlocuteur est fâché : "J’en ai marre !" Il frappe sur la table. "Tu manges toujours tout le chocolat, tu ne m’en laisses jamais !"


Il est vraiment fâché. Tout son corps l’exprime. Autre situation : Il est fâché : "J’en ai marre ! Il n’y a jamais d’épinards dans ce magasin !" Et il frappe sur la table. Comme dans le cas précédent, il frappe la table. Sauf qu’ici, il simule une colère. Les épinards ne sont pas ses légumes préférés. Le verbal est agressif. Il est suivi d’un geste de la main censé renforcer le discours. Le geste est décalé par rapport aux mots. La colère produit des gestes spontanés et non à retardement. L’expression de colère apparaît souvent progressivement sur le visage. La colère simulée apparaît souvent de manière plus rapide. Cependant, la colère peut arriver lentement ou parfois être rapide. Cela dépend des personnes et des circonstances (fatigue, stress, agacement, etc.), ou de l’environnement (bruits, températures, etc.).



Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.
LIRE PLUS

Pris en flagrant délit mensonge!



Il y a les petits mensonges sans importance. Il y a ceux qui se voient un peu plus. Il y a aussi les gros mensonges. Et il y a ceux qui sont VRAIMENT TROP GROS
Bon, vous l'avez deviné, il s'agit ici d'un très gros mensonge: selon Donald Trump, un attentat aurait été déjoué en Suède! Non, mais vous imaginez cela, la Suède ?!
Cela a irrité les autorités suédoises... 
"Plus le mensonge est gros, plus il passe", disait Joseph Goebbels. Oui, mais là, il ne faudrait tout de même pas exagérer...! 

Mais par contre, que retiendront les fans du Président...? Il y a des chances qu'une partie d'eux ne sauront pas qu'il s'agissait d'un mensonge. Ensuite, il y a ceux qui ne voudront pas retenir que c'est un mensonge. Tout une série de processus inconscients peuvent occulter l'information complémentaire. Bref, une bonne partie des gens présents pourraient retenir qu'il y a vraiment eu un risque d'attentat en Suède! 


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.
LIRE PLUS

Expression de Mépris: Donald Trump


Une belle expression de mépris. 








Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.
LIRE PLUS

20 février 2017

Analyser le corps: Clé 9: Jambes et pieds

Les jambes sont droites quand la personne est debout, pliées quand elle est assise. Elles peuvent être croisées dans ces deux positions.

J’entends souvent des gens dire : "En entretien, il faut toujours s’asseoir les jambes droites, les pieds au sol, ne surtout pas croiser les jambes, etc."
Le principal dans toute attitude, c’est qu’elle soit vraie. Toute tentative de simulation finit toujours par se voir. Un autocontrôle cache forcément quelque chose, même s’il s’agit simplement d’un petit inconfort passager. De manière générale, les jambes droites avec les pieds ancrés au sol indiquent une posture de sécurité. La personne est prête à fuir ou à frapper. 

Le système limbique pousse tous les mammifères à agir ainsi face à un danger. Les croisements sont relatifs à des attitudes de confort. En effet, si le cerveau limbique autorise ce geste, qui ne permet ni la fuite ni l’attaque, c’est que la personne se sent relativement à l’aise.


Si la personne croise ou décroise les jambes, il faut analyser le moment pendant lequel ce croisement apparaît. Est-ce en relation avec ce qui a été dit ? Ou alors, cela fait une heure qu’elle est assise et elle a envie de changer de position. La chaise est peut-être inconfortable… De même, il faut tenir compte de la place disponible pour croiser les jambes. 

La présence d’une porte, d’une table ou d’autre chose influencera la position de votre interlocuteur sur la chaise. Si la personne est debout, il est possible qu’elle se balance d’avant en arrière. Cela accompagne souvent un inconfort ou une hésitation. 

Enfin, il est important de ne pas conclure trop vite l’analyse d’une personne qui adopte une position déhanchée. C’est un geste de repos, l’expression de la fatigue.






Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.
LIRE PLUS

ANECDOTE: Celui qui est politiquement correct...

Certaines situations professionnelles m’énervent. Depuis plusieurs années, on assiste à des situations absurdes, à la limite de la bêtise. 

Juste avant une formation dans une grande PME française, la DRH me dit "N’utilisez surtout pas utiliser l’expression téléphone arabe", à quoi elle ajoute "il faut ménager les susceptibilités communautaires et ne surtout pas stigmatiser!" Cela m’a laissé sans voix...

Bon, replaçons les choses: je réalise des formations en communication auprès d’un public d’adultes. Dans le cas présent, il s’agit de professionnels, responsables, majeurs, et j’espère suffisamment intelligents pour comprendre que l’expression téléphone arabe désigne une difficulté de communication liée à la transmission d’une information de bouche à oreille, d’une personne à une autre. Plus il y a d’intermédiaires entre l’émetteur du message et le récepteur, et plus la déformation de l’information est importante. 

Étant donné que c’est un sujet que j’allais aborder, je lui ai demandé comment elle appelle cela, elle m’a répondu "une communication à rebonds multiples et non productive". 
Dans la seconde qui suivi, je me suis vu dire au groupe, "Alors là les gars, vous venez de vivre une communication à rebonds multiples et non productive". Je ne vais pas avoir l'air bête là!

Non, là vraiment, il n’y a pas moyen! Je commence à avoir marre de ces nouvelles règles du politiquement correct stupide qui rendent la vie compliquée. Appelons un chat, un chat! En 2017, il n’est plus possible de s’exprimer simplement, en utilisant des expressions françaises pourtant standards, mais devenues honteusement imprononçables. "Ceci pourrait blesser untel", ou "cela pourrait choquer un autre", etc. 

ZUT! Au diable les communautés, les exceptions culturelles, religieuses, politiques, etc! Ras le bol des susceptibilités débiles qui surgissent à tous les coins de rue. 
Mais pourquoi est-il devenu impossible de parler français normalement ?! Quelle est la prochaine étape ? On va bannir toutes les couleurs ? Les médecins n’auront plus le droit de parler de fièvre jaune, ils pourraient blesser les chinois ? Le beurre va être renommé pavé de matière grasse de lait travaillé mécaniquement, car il ne faudra plus prononcer le mot beurre ? Il faudra donc aussi oublier toutes les couleurs, et surtout le noir et le blanc. Ne surtout pas prendre le risque de stigmatiser des populations. P#T41N, mais où va-t-on?! Ah zut, même ça, je ne peux pas non plus le dire ni l'écrire, cela pourrait blesser des travailleuses du trottoir...

Bref, je ne vois pas en quoi cela poserait un problème de parler de téléphone arabe! C’est quoi l’expression politiquement correcte pour dire "Fait pas ch!er avec tes expressions politiquement correctes!" Ah si, ça je peux le dire, mais ça pourrait choquer quelques âmes sensibles.  
PFFFF! Ça fait du bien de pousser un coup de gueule, tant pis si cela ne plait pas à tout le monde!


Partagez cet article sur les réseaux sociaux pour le commenter.
LIRE PLUS